Portrait de Claudia Luthigerhttps://www.youtube.com/watch?v=Hd_Yfn8CHDA
Claudia Luthiger

Conseillère
Diplômée d’un Bachelor en histoire

« Notre interprétation est libre justement parce que nous pouvons nous tromper. » (Novalis)

« L’histoire est ma passion depuis que j’ai dévoré pour la première fois, à l’âge de 11 ans, des discours de personnages politiques de la Révolution française et des biographies d’Aménophis IV, de Pierre le Grand ou encore de Maximilien de Robespierre.
Quand j’étais adolescente, les murs de ma chambre n’étaient pas recouverts de posters de Bon Jovi, mais de personnages historiques qui m’inspiraient. Déjà à l’époque, pour moi, l’histoire n’était pas du passé, mais l’absence présente de réalité passée, comme l’a magnifiquement exprimé l’historien Achim Landwehr.
Toutefois, j’ai opté dans un premier temps pour des études en chant classique. Quand j’ai quitté le Québec (Canada) pour venir en Suisse à 19 ans, j’ai commencé des études d’histoire à l’Université de Berne, mais j’ai dû les interrompre pour diverses raisons. J’ai finalement suivi un parcours professionnel non conventionnel fait de mandats en tant que chanteuse semi-indépendante et en tant que médiatrice en histoire au sein d’un groupe transdisciplinaire ainsi que de divers postes à temps partiel.
Malheureusement, il m’a fallu plusieurs années pour réaliser que je n’étais pas une artiste dans l’âme et que les représentations n’étaient pour moi que des épreuves. Les recherches historiques étaient ma réelle activité de prédilection. L’étape la plus difficile fut d’accepter d’avoir pris une mauvaise décision et de sortir de ma routine.
UniDistance Suisse m’offrait cette possibilité, et je l’ai saisie car étudier à temps partiel me permettait de « tester » si telle était la bonne voie pour moi à ce moment-là. La réponse fut claire assez rapidement : c’était ce que je voulais faire, ça l’a toujours été et ça le sera toujours. En outre, les études à distance sont conçues de façon si variée et passionnante que la motivation ne m’a jamais fait défaut.
Mes plus grandes réussites, dans lesquelles UniDistance Suisse a joué un rôle, ont été de reconnaître mon erreur quant à l’orientation professionnelle choisie, de lâcher prise et d’oser enfin reprendre le chemin des études. Et évidemment de postuler pour le « Master of History and Philosophy of Knowledge » à l’EPFZ et d’être prise. Ces deux moments ont été fantastiques et cela confirme qu’il vaut la peine d’oser emprunter de nouvelles voies même si l’on est resté dans le même domaine pendant des années. »

Lisez l’histoire de Claudia sur notre blog