Projet « Profiles de capacités spatiales dans le syndrome de Down et le syndrome de Williams »

Notre cerveau a plusieurs manières de représenter l’espace. Si nous sommes statiques, l’espace est représenté de manière égocentrique, en relation à notre propre corps : cet objet se trouve à droite devant moi. Alors que si nous nous déplaçons, l’espace est représenté de manière allocentrique, la position d’un objet est codée en relation avec les autres objets constituant l’environnement, indépendamment de notre propre corps.

Ce projet étudiera les capacités de représentations spatiales de personnes atteintes de T21 et de SW. Les connaissances acquises nous permettront de mieux caractériser les capacités cognitives de personnes ayant des anomalies génétiques, et de mieux comprendre comment le cerveau humain contribue à la représentation spatiale de notre environnement.

La compréhension des capacités de représentations spatiales chez les personnes atteintes de T21 et de SW pourrait conduire au développement de stratégies d’apprentissage permettant une plus grande autonomie.

Durée du projet
2016 – 2021

Collaborateurs-trices

  • Banta Lavenex, Pamela, professeure extraordinaire, UniDistance
  • Lavenex, Pierre, Ph.D. Co-PI, Laboratoire du cerveau et développement cognitif, Institut de Psychologie, Université de Lausanne
  • Bostelmann, Mathilde, Doctorante, Université de Lausanne
  • Bochud, Emilie, Doctorante, Université de Lausanne
  • Vicari, Stefano, Ph.D. Collaborateur, Bambino Gesù Children’s Hospital, Rome
  • Association Suisse du Syndrome de Williams (Switzerland)
  • ART21 Association Romande Trisomie 21  (Switzerland)
  • Associazione Famiglie Sindrome di Williams (Milano, Italy)
  • Associazione Genitori Sindrome di Williams (Italy)
  • Associazione Italiana Persone Down (Italy)

Financement

Liens

scroll to top